Vous l’aurez remarqué, l’activité de ce blog est vraiment limitée ces derniers temps. Je vais donc commencer cet article par vous en expliquer les raisons même si elles sont évidentes. Le manque de temps est, en effet, le principal facteur de mon mutisme actuel. Comme chaque année, les fins de semestres sont très chargées, avec les TP. Je n’ai pourtant pas résisté à l’envie d’écrire cet article stupide !

Rentrons dans le vif du sujet de cet article. Je suis sûr que comme moi, cette période de l’année ne vous est pas très agréable. Bien que Noël arrive, les jours sont courts, il fait froid et le soleil fait son timide. Je vais donc vous livrer ma technique pour ne pas déprimer. Pour cela, c’est très simple, il suffit d’attraper un coup de soleil en plein hiver… Si, si, je vous jure, c’est possible ! Suivez le guide

Mode d’emploi pour attraper des coups de soleil en hiver :

Première étape, coulez un gel d’agarose (1,2%) sur une plaque adaptée, en prenant soin d’utiliser des peignes afin de ménager des puits dans le gel. Réalisez ensuite un dépôt d’ADN préalablement amplifié par réaction de polymérisation en chaîne (PCR). Puis soumettez le gel à une électrophorèse dans un tampon adapté (ici on utilisera du TAE 1X). Réglez la cuve d’électrophorèse pour que la différence de potentiel appliquée soit de 135V, pendant une vingtaine de minutes. L’ADN, chargé très négativement à cause de ses groupements PO4 devrait migrer vers l’anode. Le maillage du gel implique que les différents fragments migrent en fonction de leur taille dans le gel.

Deuxième étape, récupérez le gel dans lequel l’ADN a migré et trempez le une dizaine de minutes dans le bromure d’éthidium (BET) — ATTENTION le BET est un produit hautement cancérigène, utilisez des gants adaptés. En effet, le BET est un agent intercalant qui se loge dans la molécule d’ADN. Il peut ensuite être visualisé sous rayons UV… Et oui, vous commencez probablement à voir où je veux en venir !

Maintenant, le but est de récupérer la bande d’ADN que vous venez de faire migrer et qui correspond au fragment que vous avez amplifié. Pour cela, placez le gel sur une table UV et… la bande que vous cherchez est colorée en rose. Vous n’avez plus qu’à utiliser une pipette pour récupérer votre bande. ATTENTION, pour que cela soit efficace, faites comme moi, oubliez de descendre vos manches au maximum ! Si vous oubliez de prendre cette précaution, votre expérience a de très fortes chances de ne pas fonctionner ! Surtout prenez votre temps, la récupération de l’ADN est une étape clef, et rendre liquide un gel d’agarose n’est pas chose facile, surtout avec des pipettes qui prélèvent quelques microlitres. Vous avez quand même une chance, les lampes UV de laboratoire sont des lampes très puissantes et la quantité de rayonnement est bien plus importante que celle que délivre les appareils favoris des tanorexiques. Vous pouvez ensuite reprendre une vie normale !

Si votre expérience s’est bien déroulée, vous devriez vous réveillez le lendemain matin avec une magnifique marque rouge vif sur le bras avec lequel vous avez piqué dans votre gel !

Voici donc la démonstration que l’on peut attraper des coups de soleil au beau milieu de l’hiver, et même enfermé dans un laboratoire, dans une pièce plongée dans l’obscurité ! Elle est pas belle la science ?

4 thoughts on “Mode d’emploi

  1. Devant l’absence totale de réaction face au risque de cancer auquel s’expose Damien, devant son abnégation au service de la science, je me sens l’obligation de laisser un commentaire ne serait-ce que pour le soutenir dans son combat quotidien.

    Sinon, tu me prêterais pas une lampe UV une semaine ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.